Camer.be
Crise sécuritaire dans la Région du Sud-ouest CAMEROUN : Suspension des activités de la société CAFECO S.A :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Via Camer.be : TAYO Villien
  • vendredi 10 août 2018 09:25:55
  • 4127

Crise sécuritaire dans la Région du Sud-ouest CAMEROUN : Suspension des activités de la société CAFECO S.A :: CAMEROON

Suite à un communiqué de presse intitulé « Greenpeace Afrique exprime son désarroi face aux activités de Wijma au Cameroun » écrit par Eric INI, le chargé de campagne foret pour Greenpeace Afrique, paru le 6 Aout 2018 dans le site www.greenpeace.org, Greenpeace Afrique indexe la Société wijma Cameroun et sa filiale CAFECO d’exercer ses activités dans une zone en conflit.

Afin de permettre à tous d’être mieux édifiés, et conformément aux dispositions pertinentes de la loi N 90/052 du 19 décembre 1990 et ses modifications subséquentes sur la liberté de la communication sociale au Cameroun, nous apportons les clarifications suivantes :

  1. Au départ, Il faut le dire pour dénoncer les incongruités d’un communiqué de Greenpeace qui vient au moment où les activités CAFECO S.A ont été suspendues dans la région du sud-ouest CAMEROUN.
  2. Ce communiqué  affirme «  Il est scandaleux, du fait que WIJMA et CAFECO continuent d’exploiter du bois avec une certification FSCTM, sous escorte armée dans la région du sud-ouest juste très récemment ». Il n’en est rien. Du fait de l’insécurité qui prévaut dans la région, les travailleurs et la société CAFECO S.A ont fait l’objet des menaces diverses (Tracts, menace d’enlèvement et demandes de paiement de rançon). Le site a été plusieurs fois pillé, les magasins cassés, des véhicules volés par des personnes non identifiées. Pire encore, en date du 26 juin 2018, un travailleur a été kidnappé à Nguti avant d’être libéré le lendemain.
  3. Face à ce climat d’insécurité et dans le souci de protéger les travailleurs, les opérations forestières situées dans la zone d’Eyumojock et l’usine de Nguti ont été mises en arrêt en date du 26 juin 2018. Notification a été faite au Délégué Départemental du Ministère des Forets et de la Faune, tutelle administrative de la société CAFECO S.A au Cameroun. Depuis ce jour, tous les travailleurs ont regagné leurs domiciles. Notre site est sécurisé par nos gardiens avec l’appui de l’autorité administrative. Par conséquence et contrairement à ce qu’affirme Greenpeace, CAFECO SA n’a jamais exploité ni transporté de bois sous escorte armée dans la sud-ouest Cameroun.
  4. Greenpeace affirme aussi que « WIJMA a exploité silencieusement ce butin sans faire preuve de la responsabilité sociétale de l’entreprise ». Une autre incongruité non conforme à CAFECO S.A qui pratique la méthode de gestion forestière conforme aux principes FSCTM et fait partie du champ d’application du certificat FSCTM de groupe de Wijma Cameroun  qui est la première entreprise certifiée dans le bassin du Congo. De plus, devant ce « cas de force majeur » que constitue l’insécurité dans la zone, la société CAFECO S.A a fait montre de responsabilité sociétale. Dans le but de préserver les emplois, éviter de se mettre en faillite ni en cessation de paiement, la Société a été mise « en sommeil » et reprendra les activités une fois que les conditions sécuritaires seront rétablis dans la zone.

Pour CAFECO SA
Le Président du Conseil d’Administration
M. TAYO Villien

10août
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo