RD CONGO :: Marches réprimées en RDC : trois ONG quittent la commission mixte d'enquête :: CONGO DEMOCRATIC

RD CONGO :: Marches réprimées en RDC : trois ONG quittent la commission mixte d'enquête :: CONGO DEMOCRATIC

RD CONGO :: Marches réprimées en RDC : trois ONG quittent la commission mixte d'enquête :: CONGO DEMOCRATIC
RD CONGO :: Marches réprimées en RDC : trois ONG quittent la commission mixte d'enquête :: CONGO DEMOCRATIC
Trois ONG ont annoncé hier leur départ de la commission chargée de faire la lumière sur la répression des manifestations des laïcs catholiques du 31 décembre 2017 et du 21 janvier 2018. Le non-respect de plusieurs recommandations serait à l’origine de cette décision.

L’information a été donnée par la radio Okapi, une chaîne de la Mission des Nations unies en RDC (MONUSCO). Il s’agit de l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ), l’Association “les Amis de Nelson Mandela pour la défense des droits humains” (ANMDH) et la Voix des sans voix (VSV).

Pour ces organisations de la société civile, plus question de travailler au sein de la Commission d’enquête mixte sur les évènements du 31 décembre 2017 et 21 janvier 2018 (CEM-3121). Une commission créée pour mettre au jour toutes les zones d’ombre qui entourent les violations des droits de l’homme lors des répressions des marches initiées par le Comité Laïc de Coordination (CLC) le 31 décembre 2017 et le 21 janvier dernier pour réclamer entre autres l’application de l’accord de la Saint-Sylvestre et le départ de Joseph Kabila.

Or, lors de sa création, plusieurs recommandations avaient été formulées pour mener à bien les enquêtes. Parmi ces recommandations, la levée de l’interdiction des réunions et des manifestations à quelques mois des échéances électorales, ainsi que la libération des manifestants arrêtés les 31 décembre et 21 janvier.

Malheureusement, déplorent ces ONG, « rien n’a été fait », selon l’expression de Georges Kampiaba, président de l’ACAJ qui dénonce aussi l’absence de prise en charge des blessés par balles lors des répressions policières. Toute la journée d’hier, pas de réaction du côté du gouvernement ni des autres institutions membres de l’organe.

Mise en place le 1er février dernier, la CEM-3121 regroupe des délégués du ministère congolais des Droits humains, du ministère de la Justice, de la Commission nationale des Droits de l’homme (CNDH), de la société civile, du Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme (BCNUDH) et du Bureau de liaison de l’Union africaine (UA).

© Source : Africanews

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Urgent: Feutcheu se noie à domicile
Urgent: Feutcheu se noie  domicile
Facebook
réclame
Serge WAMBA FOSSO de e-afrika invité sopieprod
évènement
RD CONGO :: Marches réprimées en RDC : trois ONG quittent la commission mixte d'enquête :: CONGO DEMOCRATIC
actuellement sur le site