La difficile vie des fonctionnaires tchadiens

La difficile vie des fonctionnaires tchadiens

La difficile vie des fonctionnaires tchadiens
La difficile vie des fonctionnaires tchadiens
Ce sont des millions de personnes qui souffrent de la baisse des salaires, selon Daouda Elhadj Adam, le secrétaire général de l'Association pour la défense du droit des consommateurs.
Les fonctionnaires tchadiens commencent à ressentir les conséquences de la récente baisse des salaires.

Payer les factures d'électricité ou subvenir à d'autres besoins des familles devient plus difficile pour les employés de l'Etat.
Enock, devenu fonctionnaire au Tchad depuis près de dix ans, a vu son salaire réduit sensiblement par le gouvernement depuis le mois dernier.

De la banque, où il est allé percevoir son salaire, Enock est rentré avec moins de 40 mille francs CFA, un montant avec lequel il doit nourrir sa famille de neuf membres et payer les factures mensuelles d'eau et d'électricité.

"On a augmenté les frais d'électricité et d'eau. Nous souffrons énormément. C'est très difficile de joindre les deux bouts", s'alarme le fonctionnaire.
Les commerçants tchadiens subissent les contrecoups de la baisse des salaires, qui entraîne un manque à gagner pour eux.
Des gens qui s'approvisionnaient chez les commerçants jusqu'à 50.000 francs CFA sont obligés de réduire leurs achats à 15.000 ou 10.000 francs CFA, selon Saleh Goudja, le président de la Coordination nationale des commerçants du Tchad.

La baisse des salaires affecte la population active. Certains fonctionnaires ont du mal à se prendre en charge avec les nouveaux montants perçus.
Ce sont des millions de personnes qui souffrent de la baisse des salaires, selon Daouda Elhadj Adam, le secrétaire général de l'Association pour la défense du droit des consommateurs.
"C'est un véritable problème de se nourrir, se loger ou se soigner. Beaucoup de gens meurent parce qu'ils n'ont pas les moyens de se soigner", affirme-t-il.
Le ministre tchadien des Finances et du Budget, Abdoulaye Sabre Fadoul, a annoncé lundi que l'Etat a prévu de payer une partie de la dette intérieure contractée auprès des petites et moyennes entreprises d'un montant de 12,2 milliards de francs CFA.

Cette mesure permettra d'alléger les difficultés engendrées par la baisse des salaires, selon M. Fadoul.

© BBC Afrique : Vincent Niébédé, N'Djamena

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@