Cameroun, LE MCPSD ET LE TRAVAIL DE LA TERRE :: CAMEROON
Cameroun, LE MCPSD ET LE TRAVAIL DE LA TERRE :: CAMEROON

Cameroun, LE MCPSD ET LE TRAVAIL DE LA TERRE :: CAMEROON

Cameroun, LE MCPSD ET LE TRAVAIL DE LA TERRE :: CAMEROON
Cameroun, LE MCPSD ET LE TRAVAIL DE LA TERRE :: CAMEROON
Le Cameroun dépend pour beaucoup encore du monde rural. Pour cela, l’agriculture est un secteur stratégique pour le développement de notre pays. Nous devons rendre notre secteur agricole compétitif et moins pénible. Si l’homme travaille la terre, il doit en vivre, elle doit lui assurer repos et retraite. Quand je parle de l’agriculture, je parle de tout ce qui est lié à ce monde, élevage, etc. Je parle de nos territoires et de nos terroirs. Nous sommes 23 à 25 millions de Camerounais, environ 16 millions de Camerounais travaillent la terre, moins du million seulement en vivent. Que devons-nous faire ? Il ne suffit pas de dire que la terre ne ment jamais pour que cela se reflète dans la vie des travailleurs de la terre. Il ne suffit pas de distribuer machettes, brouettes et houes pour que les résultats suivent. Il ne suffit pas de parler d’agriculture de seconde voire de troisième génération d’autant plus que personne ne sait où s’arrête la première génération pour que tout soit parfait !

Il existe pourtant, ce Cameroun puissant, celui qui a conquis son indépendance alimentaire, et qui donne aux pays voisins. Les politiques actuelles sont incapables de donner au monde agricole une vision d’avenir, une impulsion nouvelle qui aille au-delà de ce que nous avons atteint depuis 1980. L’échec de la MIRAP est là pour nous le prouver. Ce qui va mal, les agriculteurs nous l’ont confié dans nos déplacements dans le pays profond : manque d’assistance technique, manque de voies de communication pour sortir leur production des champs, pas assez de marchés, impossibilité de négociation des prix, le manque d’appui des pouvoirs publics, la faiblesse de la décentralisation qui empêche une professionnalisation dans divers secteur de notre agriculture, une inexistence d’organisation syndicale devant amener les pouvoirs publics à considérer le paysan comme un travailleur, avec les droits qui vont avec.

Je veux construire avec vous un modèle agricole pour le Cameroun et pour la sous-région dont nous sommes le grenier. Je veux produire plus et mieux pour un marché national et sous régional. Je veux permettre à nos agriculteurs d’avoir droit à une retraite. Je veux ouvrir un autre type de marché pour la ménagère, je veux une agriculture saine pour des repas sains. Je veux donner aux Camerounais la possibilité de s’ouvrir au monde extérieur et d’avoir les clefs pour la concurrence sur notre marché intérieur. Je veux investir, innover et former aux métiers de demain dans ce domaine en pleine mutation qui doit s’adapter aux besoins

d’aujourd’hui, aux nouvelles technologies, aux bouleversements inévitables dus aux changements climatiques. Nous ne pouvons pas continuer à voir les commerçants-agriculteurs passer la nuit à la belle étoile, tenter d’écouler leur production en l’étalant à même le sol où sur des comptoirs de fortune ! Nous ne pouvons et devons plus accepter de faire nos courses dans la boue et voir ce que nous devons consommer côtoyer les poubelles. Tel est le package qu’offre le MCPSD afin que demain soit meilleur par notre travail d’aujourd’hui.

Je veux créer de véritables emplois liés à la terre, ces exploitations qui peuvent être transmises de génération en génération, voilà pourquoi je veux travailler sur le droit foncier dans notre pays. Personne ne doit être exclu de la terre qui est notre meilleur héritage. C’est en pensant aux défis du monde qui vient que sont définies mes orientations : liberté d’entreprendre, liberté de s’installer, soutien à l’investissement. Une agriculture compétitive c’est aussi une agriculture aux prix justes sur le marché, la valorisation de la profession et une meilleure considération pour les agriculteurs.

Je veux donner toute liberté aux agriculteurs de se regrouper en organisations de producteurs de taille significative, avec des démarches simples, pour mieux défendre leurs marges bénéficiaires. Tout cela est possible ! Le Cameroun de demain sera ce que nous faisons aujourd’hui de notre monde rural. Oui, on nous reconnaîtra, on reconnaîtra la grandeur du Cameroun à la manière dont il traite son monde agricole – un des piliers de notre économie - car c’est de lui que dépend notre développement !

© Correspondance : LE MCPSD

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Le Cameroun recolte 3 médialles en Lutte libre
Le Cameroun recolte 3 médialles en Lutte libre
Facebook
radios
RTS 90.5 FM Cameroun, LE MCPSD ET LE TRAVAIL DE LA TERRE :: CAMEROON Sky One Radio 100.1 FM Cameroun, LE MCPSD ET LE TRAVAIL DE LA TERRE :: CAMEROON Amplitude FM Cameroun, LE MCPSD ET LE TRAVAIL DE LA TERRE :: CAMEROON Kalak FM Cameroun, LE MCPSD ET LE TRAVAIL DE LA TERRE :: CAMEROON Nkongsamba FM Cameroun, LE MCPSD ET LE TRAVAIL DE LA TERRE :: CAMEROON Cameroonvoice Cameroun, LE MCPSD ET LE TRAVAIL DE LA TERRE :: CAMEROON Fréquence de vie Cameroun, LE MCPSD ET LE TRAVAIL DE LA TERRE :: CAMEROON
réclame
partenaire
Cameroun, LE MCPSD ET LE TRAVAIL DE LA TERRE :: CAMEROON
Patricia MOUDIO DIALLO de Montréal au Canada invitée SOPIEPROD
évènement
Cameroun, LE MCPSD ET LE TRAVAIL DE LA TERRE :: CAMEROON
actuellement sur le site
QUOTIDIEN DE L'éCONOMIE
Cameroun, LE MCPSD ET LE TRAVAIL DE LA TERRE :: CAMEROON
Loading...