Le soulèvement anglophone: une opportunité historique pour réexaminer nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON
Le soulèvement anglophone: une opportunité historique pour réexaminer nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON

Le soulèvement anglophone: une opportunité historique pour réexaminer nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON

Le soul?vement anglophone: une opportunit? historique pour r?examiner nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON
Le soul?vement anglophone: une opportunit? historique pour r?examiner nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON
« …L’instant est là, un instant rarement offert par l’Histoire, quand un peuple sort du passé pour entrer dans l’avenir, quand une époque s’achève, quand l’âme d’une nation, longtemps étouffée, retrouve son expression… » (Jawaharlal Nehru au Parlement indien, le 14 août 1947).

1) Bien plus qu?un problème anglophone, un malaise national La crise actuelle dans nos régions anglophones du Sud-ouest et du Nord- Ouest est l’expression de l’âme d’un peuple, qui n’est pas sans rappeler la déclaration ci-dessus du nationaliste indien, devenu Premier ministre, à la veille de l’indépendance de l’Inde il y a 70 ans. En effet, il ne s’agit pas de revendications anglophones, il s’agit aussi de revendications francophones, qui expriment un malaise national pour plusieurs raisons. Premièrement, quand sonne le glas à Bamenda, Garoua, Maroua, Bertoua, Bafoussam ou n’importe où au Cameroun, “…n’envoie jamais demander pour qui sonne le glas: il sonne pour toi”. C’était l’avertissement de l’auteur américain Hemingway à propos de la mort ou la souffrance d’un être humain où qu’il soit parce qu’il ou elle est une partie de l’humanité. Ce sentiment d’une communauté de destin devrait lier tous les camerounais, en tant que constituants d’une même nation. Deuxièmement, bien plus qu?un problème anglophone, les récents soulèvements de Bamenda et de Buea sont révélateurs d’un malaise national beaucoup plus profond, qui découle du leadership institutionnel et de la structure de gouvernance de notre pays dont l’architecture fut viciée à l’origine. A l’aune de son expérimentation au cours des 50 dernières années, notre cadre institutionnel de gestion des affaires publiques apparaît clairement ne pas avoir été conçu pour répondre aux besoins et  aux aspirations du peuple.

Ce qu’on appelle problème anglophone est un aspect spécifique d’un problème national beaucoup plus prégnant qui peut être défini comme un défaut génétique d’un système de gouvernance publique qui n’est pas réactif aux besoins et aux préoccupations des citoyens, anglophones tout comme francophones. Dans cette optique, en comparant notre pays à un organisme humain, on peut dire que l’éruption de furoncles sur une quelconque de ses parties équivaudrait en réalité à une infection de l’organisme entier et son traitement exigerait d’attaquer le mal à la racine. Dans le paragraphe ci-dessous intitulé “ Architecture étatique viciée par définition …”, on peut comprendre comment l’organisme humain fut peu à peu contaminé par la bactérie dès l’origine du processus de construction nationale et comment les failles actuelles peuvent être reliées au processus originel de formation de notre Etat. Le mal s’est éternisé pendant tellement d’années avec des conséquences évidentes en termes - de carence dans l’accès des populations aux infrastructures de service de base telles que l’eau potable et l’hygiène publique, l’électricité, les transports, les soins médicaux, l’éducation, le logement ; de déliquescence des sociétés publiques qui vivent de subventions chroniques sans perspectives d’autonomie; de fonctionnement moribond de plusieurs entreprises et institutions publiques à l’instar du Conseil économique et social, de la Société nationale d’investissements, la Société nationale d’hydrocarbures, de la Douala stocks exchange, de Camtel, des Agences de régulation des services publics, etc.

La persistance du mal, pour ne pas dire son aggravation, aurait dû être une sonnette d’alarme pour les autorités mais notre système étatique n’a pas été conçu avec un mécanisme intégré de contrôle préventif, capable d’alerter à temps les dirigeants sur ses dysfonctionnements et son quasi- effondrement, ce qui le rend pratiquement irrémédiable. D’où la prise de conscience tardive, et généralement en phase terminale, des maux qui minent les institutions et les entreprises publiques. Autrement dit, comment un système de gouvernement efficace ne peut-il pas être alerté opportunément à propos des difficultés que ses citoyens rencontrent sur la route entre Douala et Bamenda, ou Yaoundé et Bamenda (et encore pire sur la portion Bafoussam-Bamenda) et agir en conséquence; combien de vies devraient être perdues sur nos routes, plus particulièrement sur les grands axes, avant qu’un système ne prenne la mesure de l’urgence de la situation; combien de vies devraient être perdues dans les hôpitaux avant la réhabilitation du système de santé ?

Combien de mères et de bébés un pays devrait-il perdre avant que sa conscience ne se réveille ? `Pour mieux comprendre la nature génétique et endogène du mal, on peut constater qu’au cours des 30 dernières années, le Président Biya, chef de l’Etat du Cameroun a constamment et sans succès fustigé ces vices et ces scandales qui, dans la fonction publique, entravent notre développement, parmi lesquels la corruption, la bureaucratie, le détournement de fonds publics, les tracasseries administratives, le climat des affaires délétère dissuasif pour les investissements. En fait, pendant des années, la propagation de ces vices est devenue virale, se traduisant par l’aggravation des discriminations, des injustices et des inégalités économiques. En dépit des fréquents rappels à l’ordre et des stigmatisations du chef de l’Etat à l’endroit de la fonction publique, la persistance des mêmes obstacles, ainsi que l’incapacité du gouvernement à les affronter et à les enrayer, a mis en évidence la nature structurelle ou quasi génétique des défaillances du système de gouvernance, une sorte d’atavisme génétique qui empêche l’organisme de fonctionner au maximum; un défaut qui ne peut être corrigé qu’en modifiant l’ADN du système.  

2) Pour un dialogue intégral et transparent, et non des solutions fragmentaires Quelle qu’en soit l’issue, les négociations initiées par le gouvernement ne s’adresseront qu’à certaines facettes du problème. Au regard de la nature structurelle et de l’étendue du malaise qui implique différentes parties prenantes, - acteurs politiques et religieux, société civile, enseignants, gens de droit, etc., il s’avère plus que nécessaire d’adopter une vision élargie et à long terme pour une solution crédible et durable. Un tel objectif requiert une approche globale, constructive et holistique sinon les problèmes resurgiront à nouveau. « L’ordre et la sécurité » ne saurait être un ersatz de réponses efficaces aux griefs et préoccupations exprimés par les populations, qui ne peuvent véritablement être pris en compte qu’à travers un dialogue responsable et constructif, étayé par la bonne foi et l’ouverture d’esprit des parties impliquées dans le souci de solutions consensuelles et concertées, et non imposées.

Dans ce contexte, il devrait être clairement reconnu que le cas du magistrat de la Cour suprême Paul Ayah et les autres dessert la cause de notre démocratie. Nous devons par conséquent défendre un Etat qui protège les droits et les libertés de ses citoyens, et non un Etat qui les terrorise. Toute approche parcellaire, partielle ou non exhaustive ne manquera pas de réduire le problème à une quelconque transaction administrative, et cela ne manquera pas encore une fois d’apparaître bâclé et superficiel, rappelant à plusieurs d’entre nous les tristes souvenirs du scénario de Foumban en 1961, passé à la postérité comme une fourberie ; en quelque sorte comme un jeu à somme nulle dans lequel pour qu’une partie gagne, l’autre doit perdre ; ou pour qu’une partie s’engraisse l’autre doit maigrir, ou; enfin, comme un marché de dupes par lequel une partie ne la joua pas à la loyale pour s’affirmer au détriment de l’autre. Toute approche fragmentée sera contreproductive, avec pour conséquence l’omission des questions essentielles notamment: comment organiser au mieux une répartition équilibrée du pouvoir politique pour le bien-être de tous ? Comment concevoir au mieux un système de gouvernance démocratique transparent qui promeuve le développement; comment organiser un système politique qui assure une affectation des ressources efficiente dans lequel les fonctionnaires ou les dirigeants sont comptables de leurs actes devant les populations ? Comment construire une nation dont le but principal est de garantir les droits et libertés des citoyens dans leur quête du bonheur ?

Comment concevoir et organiser un service public au service de la communauté et qui n’en devienne pas le bourreau ? Par ailleurs, une remarque importante mérite notre attention, les soi-disant revendications anglophones ne proviennent plus des pères fondateurs, mais de leurs fils et même de leurs petits- enfants; ce qui signifie que la mémoire collective est aujourd’hui le carburant de la colère et des frustrations. Regardant 50 années en arrière, ils ont l’impression que la conférence de Foumban sur la réunification était une ruse par laquelle une partie fut trompée par l’autre. D’où une fois de plus notre appel à un processus de conciliation transparent, exhaustif et franc, impliquant fortement les jeunes générations dont 80% de la population, soit environ 20 millions d’âmes, ont moins de 30 ans.  

3) Le rôle des médias A ce propos, les médias sont un instrument indispensable pour la promotion et la préservation de la démocratie. A ce titre, ils devraient rester libres et indépendants pour jouer efficacement leur rôle dans la société, et ne pas devenir un outil de manipulation ou de propagande dans l’intérêt partisan de quelques-uns au détriment de l’intérêt général et, surtout, des droits et libertés civiques. En tant que vigile des valeurs d’une société démocratique, leur rôle devrait être de fournir aux citoyens des faits et des informations établis afin de maintenir vive leur conscience politique et les alerter au sujet de toute menace qui pourrait survenir contre leurs droits et libertés. De même dans ce contexte, les médias devraient être conscients des diverses menaces auxquelles ils sont exposés, entre autres la corruption et les différentes formes de pression négative susceptibles de les empêcher de remplir efficacement leur mission.

Dans cette optique, enfin, les médias devraient éviter de devenir des agents de propagande pour des groupes d’intérêt particulier, ce qui les conduirait à verser dans la désinformation et l’intoxication, en indexant par exemple les anglophones ,comme une bande de Vikings prompts à massacrer les francophones, avec d’évidentes conséquences quant à l’alimentation de la haine et du tribalisme entre les communautés.

4) A propos de l’économie…
Au début de la crise économique camerounaise au milieu des années 1980, différents audits en attribuèrent la cause à la nature du modèle ambiant de l’Etat-Providence qui avait compromis la répartition efficiente et concurrentielle des ressources, provoquant une détérioration considérable de la compétitivité de l’économie et de la balance des paiements. Il en résulta une profonde crise du secteur bancaire en raison de l’important volume accumulé d’actifs toxiques avec pour effet une contraction substantielle du crédit, qui se transforma en une profonde récession économique avec de multiples conséquences néfastes : la déconfiture des sociétés étatiques et paraétatiques et un chômage massif qui déclenchèrent à travers le pays un phénomène d’appauvrissement sans précédent. La correction des limites de ce paradigme, fondé sur l’Etat-entrepreneur et la rente administrative, devait conduire aux propositions de réformes structurelles visant à asseoir une dynamique économique libérale et entrepreneuriale, dans laquelle l’Etat devait davantage jouer un rôle de facilitateur ou de catalyseur en créant un climat propice aux investissements.

Dans cette optique, et pendant presque 20 ans, le Cameroun a été contraint de souscrire au programme d’ajustement structurel (PAS) sous l’égide des institutions de Bretton Woods. Il est bien regrettable de remarquer qu’après tant de sacrifices et d’efforts consentis par la population, le Cameroun se retrouve pratiquement au point de départ, du fait des dévoiements dans la mise en oeuvre des réformes structurelles préconisées. Cela est clairement attesté par les piètres performances de la quasi-totalité des entreprises publiques et des concessions de service public, les dettes improductives finançant des éléphants blancs, les gaspillages budgétaires entraînant d’importants déficits et des tensions de trésorerie et, enfin, la détérioration de notre balance des paiements. Tout ceci ne manque pas de susciter les préoccupations de nos partenaires et des observateurs avertis. Pendant plus de 30 ans, de 1984 à ce jour, le taux de croissance annuel du Cameroun a oscillé autour d’une moyenne d’environ 2 pour cent en termes réels. Comparé au taux de croissance de la population d’environ 2,5 pour cent, le PIB par habitant est donc resté stagnant quand il ne s’est pas contracté. En éliminant l’impact de Boko Haram sur la croissance et la répartition des revenus, la courbe de pauvreté a empiré ces 10 dernières années avec une incidence prégnante dans les zones rurales et les régions septentrionales. La persistance de ces piètres performances socioéconomiques, en dépit de l’annulation partielle de la dette publique dans le contexte de l’initiative des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE) en 2006, met en évidence le caractère structurel et endogène des causes du mal, qui trouvent leur racine dans l’architecture du système de gouvernance publique.

A suivre

Christian Penda Ekoka,
Conseiller Technique Cabinet Civil du Président de la République

© Source : LE QUOTIDIEN DE L’ECONOMIE

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

excamerounais
Le soulèvement anglophone: une opportunité historique pour réexaminer nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON France (Sallanches)
Very nice background analysis.
Small flat all the same on the media.
1 ° The true-false first media in Cameroon is Cameroon Tribune and not the independent press. The latter, besides the fact that it tries to give the true information, is often obliged to react in front of the state lies conveyed without Vergogne by Cameroon Tribune which makes believe Cameroonians every day to the Camerounais that there is not more Beautiful paradises on earth that Cameroon
2. The Bretton Woods institutions have nothing to dictate in Cameroon. So he was not forced to sign any of these institutions
excamerounais
Le soulèvement anglophone: une opportunité historique pour réexaminer nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON France (Sallanches)
Très belle analyse de fond.
Petit bémol tout de même sur les médias.
1°Le vrai-faux premier médias au Cameroun, c'est Cameroon Tribune et non la presse indépendante. Cette dernière outre le fait qu'elle essaie de donner la vraie information, est souvent obligé de réagir face aux mensonges d'Etat véhiculés sans Vergogne par Cameroon Tribune qui fait croire aux Camerounais chaque jour aux Camerounais qu'il n'y a pas plus beaux paradis sur terre que le Cameroun
2° Les institutions de Bretton Woods n'ont rien à dicter au Cameroun. Donc, il n'était pas contraint de signe quoique ce soit de ces institutions
gabson
Le soulèvement anglophone: une opportunité historique pour réexaminer nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON Germany (Karlsruhe)
Christian Penda Ekoka,
1. trop belle ANALYSE! Malheureusement trop belle, et donc inaccessible aux simplets!
2. en Effet, vous parlez de l'"ADN du systéme"!!! Ici se joue l'enjeu de ce que les simplets appellent vite "probléme anglophone"!
3. puisque le CAMEROUN ne s'est JAMAIS constitué ETAT pour ses fils et filles, mais s'est fait constituer état par et pour la France, son ADN doit se faire par une RENAISSANCE menant á la SOUVERAINETÉ de son PEUPLE!

Tel est le vrai enjeu! Le paradoxe d'un CAMEROUN riche Avec des CAMEROUNAISES et CAMEROUNAIS pauvre ne découlant que de la gestion des stocks et non d'une SOUVERAINETÉ sur les ressources de ce pays abondamment riche!

Au diable donc les épithétes et autres attributs anglophones ou francophones, ie esclaves des anglais et esclaves des francais, pour accéder á l'ONTOLOGIE et l'ESSE des EWONDO, BAMI, SAWA, ETON, MANGUISA, FULDE, MASSA, BASSA, NGUMBA, MBO, MBUDA, FANG, BULU, MABEA,

Tous KAMERUNAIS, sinon WOURIOIS et WU
Epervier
Le soulèvement anglophone: une opportunité historique pour réexaminer nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON Canada (Montreal)
@Christian PENDANT EKOKA

J'ai par le passé lu certains de vos écrits
Autant sur les besoins de "changement de l'intérieur" dans le cadre de la "mouvance progressive du RDPC" que pendant la catastrophe du P.A.S .de sinistre mémoire.

Vous penchez en général du côté de la vérité.

Merci pour votre analyse courageuse en des moments aussi critiques, étant donné que vous vivez au Cameroun notre pays, gouverné par des incompétents (ce n'est pas une insulte; ce n'est que vérité ) mûs par un réflexe colonial: celui de la répression et de la soumission du Peuple.

Merci pour votre courage car prendre position et demander la libération des leaders supposés ou réels emprisonnés peut être assimilé à une condamnation à mort.

Les néo colons au pouvoir ne savent qu'interdire et tuer pour "l'ordre et la discipline" (ils parlent aussi de sécurité... mais pour qui? )
Epervier
Le soulèvement anglophone: une opportunité historique pour réexaminer nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON Canada (Montreal)
@Christian PENDANT EKOKA

Merci donc pour votre courage de prendre publiquement la parole et de vois exprimer au nom de la vérité, pour le changement et une refondation de la République, une redéfinition des structures de l'État.

Je suis avec vous
Vous aussi , soyez avec moi.
Epervier
Le soulèvement anglophone: une opportunité historique pour réexaminer nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON Canada (Montreal)
@Christian PENDANT EKOKA

Revenons cependant sur votre texte
(Je n'ai pas la patience d'attendre la suite promise)

Pour la forme. ..le contexte, le décors.
1. Vous êtes conseiller technique à la Présidence de la République et un discours aussi disruptif de votre part , vous mettant en porte-à-faux vis-à-vis du discours officiel qui , s'il faut en croire ISSA TCHIROMA, ou le mandat d'arrêt émis contre le député WIRBA pour avoir tenu un discours de dénonciation en tant que député à l'Assemblée nationale,
Devrait nous faire craindre autant pour votre sécurité que pour votre travail.

2. Votre sortie publique signifie que vous avez un titre mais vidé de toute fonction réelle

3. Vous confirmez que la gouvernance de notre pays est mauvaise, complètement mauvaise.

Je suis avec vous
Epervier
Le soulèvement anglophone: une opportunité historique pour réexaminer nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON Canada (Montreal)
@Christian PENDA EKOKA

Merci pour cette sortie courageuse

Je suis avec vous
Vous aussi, soyez avec moi

Analysons cette première partie de votre sortie dans le fond.

À. Oui, l'architecture gouvernementale de notre pays à été viciée dès le départ
La France était aux commandes, commanditant assassinats et faisant signer des "contrats" plus illégaux les uns que les autres.
Imposant ses "conseillers" à tous les postes stratégiques pour s'assurer de corrompre la gouvernance de toute la structure.

B. Qu'est-ce que "l'État providence"?
Qui vous a injecté cette notion dans l'esprit et que signifie l'expression?
Notez que vous ne l'avez pas définie

C'est la première défaillance majeure de votre texte qui trahit une faiblesse de votre discours et, partant, une faiblesse de votre compréhension du problème.
Epervier
Le soulèvement anglophone: une opportunité historique pour réexaminer nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON Canada (Montreal)
@Christian PENDA EKOKA

B. L'État providence

Vous ne comprenez pas les implications de la défaillance du système de gouvernance de l'État du Cameroun tel que pratiqué par le régime néo colon.

Vous parlez de mauvaise gouvernance, de sociétés publiques qui existent sous la perfusion de subventions permanentes sans aucun espoir de devenir un jour autonomes, de l'État vicié dès sa fondation, mais le ciment qui est supposé relier le tout dans une orchestration cohérente manque.

Vous constatez bien que les "privatisations " sauvages n'ont pas amélioré la gestion des entreprises d'État.

Mais votre raisonnement ne va pas plus loin
Ou... si! Vous vous assurez d'exonérer Paul BIYA
il a fait des discours pour demander à la télévision à ses subalternes administratifs de "changer"
Qu'elle belle farce!
Epervier
Le soulèvement anglophone: une opportunité historique pour réexaminer nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON Canada (Montreal)
@Christian PENDA EKOKA

B. L'État providence ...suite...
Je me dis alors qu'iln'y a peut-être pas lieu de s'inquiéter pour vous.
BIYA est sauf selon vous, il a fait son travail selon vois.
Il a fait des discours à la télé pour résoudre des problèmes de gouvernance dans un système où il détient tous, TOUS, les pouvoirs exécutifs mais passons
Revenons à votre "État providence".

Avez-vous entendu parler de la Chine?
L'État chinois ext-il un "État providence"?

Ne confondez-vous pas un peu la notion de crimes économiques avec une idée confuse de "capitalisme d'État"?

Je considère le problème clairement posé et ne vais pas en dire plus sinon que vous êtes ici dans une confusion meublée au mieux d'ignorance, sinon de duplicité

Mais je vous accorderai le bénéfice du doute
Je suis avec vous.
Epervier
Le soulèvement anglophone: une opportunité historique pour réexaminer nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON Canada (Montreal)
@Christian PENDA EKOKA

C. Gouvernance néo coloniale incapable de réactivité face aux problèmes des populations

Vrai

Et en fait, une bonne gouvernance devrait faire preuve de pro activité face aux besoins anticipés des populations, prenant ainsi les problèmes de court

Mais on est ici loin de la conception néo coloniale du pouvoir basée sur la gestion de la misère et de la "nomination" qui "sauve".

D. Besoin de dialogue national

Oui

Je l'appelle "Programme de Réconciliation national"
Nous sommes sur la même longueur d'ondes
Je suis avec vous!
le messie
Le soulèvement anglophone: une opportunité historique pour réexaminer nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON Canada (Brampton)
These francophones are always waiting for us to start something before they can follow even though they call us extremist.
Why are you writing you article but now? did you not know that there was a problem before we started our struggle for liberation?

Even after we started you francophones are still so lazy and stupid that you cannot even get up and fight to free yourselves from Biya the beast. Shame on you. You cannot do anything good. You can only drink, make noise and be arrogant.
vraigars
Le soulèvement anglophone: une opportunité historique pour réexaminer nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON Belgium (Brussels)
@Le Messie,vous êtes à l'extrême lisière de l'insulte la.Si vous franchissez ainsi et aussi allègrement le pas,en quoi serrez -vous différent de ceux ( et de ce ) contre le(s) quel (qui ) vous vous insurgez ?
gabson
Le soulèvement anglophone: une opportunité historique pour réexaminer nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON Germany (Stutensee)
@le mescie if you are not a looser try to arrive in CAMEROON and show the so called francophones how are you so able.

You are writing so far from CAMEROON!

It is so stupid, idiot a lasiest to speak about courage when you are under your bed in america!

Where were you during the battle for Independance? Is UM NYOBE an "anglophone"? Where were you during the battles for Bakassi? Stupid monkey kid!
Mvog-Ada
Le soulèvement anglophone: une opportunité historique pour réexaminer nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON Belgium (Sombreffe)
J'ai lu l'article "en diagonale", il se peut donc que certains éléments aient pu m'échapper ; mais de ce que j'ai retenu, ce que c'est un très bon article; je note également , et c'est pour m'en réjouir que la plupart des intervenants à cet article et j'ose le dire à d'autres sont pour une refondation des structures de l'Etat qui rende les populations proches de leurs gouvernants ; si tel est bien le cas, continuons à faire pression sur ce qui pour des intérêts égoïstes s'y opposent

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Frantz Pangop: Le nouveau Lion indomptable
Frantz Pangop: Le nouveau Lion indomptable
Facebook
réclame
partenaire
Le soulèvement anglophone: une opportunité historique pour réexaminer nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON
GPS LE PHOTOGRAPHE GLOBE TROTTEUR EN SUISSE
évènement
Le soulèvement anglophone: une opportunité historique pour réexaminer nos institutions actuelles pour un leadership inclusif du Cameroun :: CAMEROON
actuellement sur le site