Réformes hospitalières : ça piétine toujours au Cameroun :: CAMEROON [Update]
Réformes hospitalières : ça piétine toujours au Cameroun  :: CAMEROON

Réformes hospitalières : ça piétine toujours au Cameroun :: CAMEROON [Update]

R?formes hospitali?res : ?a pi?tine toujours au Cameroun  :: CAMEROON
Réformes hospitalières : ça piétine toujours au Cameroun :: CAMEROON
L’essentiel des recommandations du Minsanté tardent à être traduites dans les faits après l’incident survenu en 2016 à l’hôpital laquintinie.Après le scandale de l’hôpital Laquintinie, le 12 mars 2016, des voix s’étaient élevées pour dénoncer les hôpitaux qui exigent aux patients de l’argent avant toute prise en charge. Le ministre de la Santé publique (Minsanté), André Mama Fouda,  avait alors institué dans tous les hôpitaux la prise en charge  immédiate et sans condition de payement préalable en cas d’urgence vitale. Il avait également prescrit un audit interne mensuel à chaque hôpital à lui adresser sous 30 jours.

Selon le personnel de santé, certaines recommandations issues de l’exploitation des résultats de l’audit ne sont toujours pas appliquées, un an plus tard. Pour ces agents publics, la prise en charge gratuite  par exemple présente beaucoup d’inconvénients. «Lorsque nous soignons gratuitement nous tournons à pertes», déclare Dr Job, médecin. «De nombreux patients ne payent pas dans l’immédiat. Nous accordons des moratoires et parfois quand ils sortent, ils ne reviennent plus solder leurs factures. Nous aimerions que l’Etat nous aide à recouvrer cet argent», indiquait, dans la même logique, Dr Louis Joss Bitang, directeur du Centre des urgences de Yaoundé (Cury) lors de la célébration du premier anniversaire de cette structure en août 2016.

A l’Hôpital Jamot,  le phénomène des « malades prisonniers » est toujours d’actualité. «Si nous prenons en charge un malade et qu’il ne paye pas ses soins, nous le gardons pour que ses proches le fassent», indique, sous anonymat,  un employé de cet établissement.

D’après le Dr Charles Amougou, syndicaliste, «ce sont des directives [celles du Minsanté, ndlr] qui ne nécessitent pas le déblocage de financements qui ont déjà été mises en œuvre. En règle générale, ce sont les dons et les partenaires qui couvrent beaucoup de déficits». Ce professionnel de santé ajoute qu’ «à l’hôpital Jamot par exemple, rien n’a été ajouté au budget annuel».

Par ailleurs, des médecins et autres médico-sanitaires trouvent que l’assurance santé peut être une solution idoine pour la santé des personnes issues de couches défavorisées. Invité du magazine de la Crtv radio, «Dimanche midi» le 12 mars dernier, André Mama Fouda a indiqué que le dossier sur l’assurance santé universelle avance et qu’en 2017, les propositions de son département ministériel seront disponibles et acheminées à sa hiérarchie.

En rappel, de l’analyse de la situation du système de soins fait à l’occasion du forum sur la réforme hospitalière organisé par le Minsanté en juillet 2016, il ressortait que le problème fondamental du système de soins au Cameroun est le faible accès des populations aux soins de qualité. Ce problème résulte de quatre axes majeurs à savoir : la gouvernance dans les formations sanitaires qui est très peu satisfaisante, l’accès des populations aux soins de santé inéquitable, la formation dispensée aux personnels de santé et la recherche en santé inadaptées aux besoins du secteur, sans oublier la qualité des soins dispensés qui reste très peu satisfaisante.

Les 12 réformes préconisées par le Minsanté

1-L’organisation du système national de prise en charge des urgences ;

2-Le renforcement de l’accueil et des entrées des hôpitaux ;

3-L’amélioration de la disponibilité des médicaments, consommables, dispositifs et réactifs, et de leur accessibilité ;

4-Les aspects juridiques et réglementaires ;

5-La planification hospitalière ;

6-La formation initiale et la recherche ;

7-L’amélioration de l’information hospitalière et informatisation des hôpitaux ;

8-La formation continue et la motivation des personnels hospitaliers ;

9-La gestion et la maintenance des infrastructures et équipements hospitaliers ;

10-Les mécanismes et modalités de financement des hôpitaux ;

11-La coopération et l’évaluation ;

12-La proximité de centre de santé.

© Mutations : Par Paulette Ndong

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Cameroun 1-1 Australie : Partage des points et des regrets (1:1)
Cameroun 1-1 Australie : Partage des points et des regrets (1:1)
Facebook
radios
RTS 90.5 FM Réformes hospitalières : ça piétine toujours au Cameroun  :: CAMEROON Sky One Radio 100.1 FM Réformes hospitalières : ça piétine toujours au Cameroun  :: CAMEROON Amplitude FM Réformes hospitalières : ça piétine toujours au Cameroun  :: CAMEROON Kalak FM Réformes hospitalières : ça piétine toujours au Cameroun  :: CAMEROON Nkongsamba FM Réformes hospitalières : ça piétine toujours au Cameroun  :: CAMEROON Cameroonvoice Réformes hospitalières : ça piétine toujours au Cameroun  :: CAMEROON Fréquence de vie Réformes hospitalières : ça piétine toujours au Cameroun  :: CAMEROON
réclame
partenaire
Réformes hospitalières : ça piétine toujours au Cameroun  :: CAMEROON
Freddy ZANGA de la CICP invité SOPIEPROD
évènement
Réformes hospitalières : ça piétine toujours au Cameroun  :: CAMEROON
actuellement sur le site
INTéGRATION
Réformes hospitalières : ça piétine toujours au Cameroun  :: CAMEROON
Loading...