Camer.be
CAMEROUN :: Présidentielle de 1992 : Le Sdf se remémore de sa frustration :: CAMEROON
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • tonfack.over-blog.com : Vivien Tonfack
  • lundi 12 octobre 2015 18:35:17
  • 7163

CAMEROUN :: Présidentielle de 1992 : Le Sdf se remémore de sa frustration :: CAMEROON

Au cours d’une cérémonie à Bafoussam ce dimanche 11 octobre 2015, le chairman Ni John Fru Ndi, a rappelé l’historicité de cette date pour son lui et son parti.

23 ans plus tard, le souvenir du 11 octobre 1992 est toujours saignant dans la tête du président national du social democratic front (Sdf). « Je n’oublierai jamais cette date parce que les Américains n’oublieront jamais la date du 11 septembre », a lancé Ni John Fru Ndi, avant de retracer le souvenir qu’il en garde. « J’étais en résidence surveillée. J’ai vu comment des gens brutalisaient, bastonnaient, humiliaient ma mère. Je voulais lui aller en aide, mais ils ne voulaient pas. Ils n’ont arrêté. Ma mère m’a demandé de laisser; de ne pas désespérer et de poursuivre le combat », a-t-il expliqué.

C’était au cours de la cérémonie de pose de la première pierre du siège régional du Sdf pour l’Ouest. En effet, la situation ainsi décrite avec nostalgie par la figure de proue de l’opposition au Cameroun, était due au vaste mouvement de contestation qui s’était emparé du pays, peu après la proclamation des résultats de l’élection présidentielle de 1992, la toute première du Cameroun à l’ère du multipartisme, tenue cette année-là. Au bout d’un scrutin très serré, le rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), avait été proclamé vainqueur. Devançant in extremis le Sdf. Mais dans l’opinion, des nouvelles donnant le Sdf vainqueur, s’étaient déjà propagées. Etaient-ce des infos ou des intox ? Jean Tsoumelou croit avoir la bonne réponse. Pour lui, le Sdf avait bel et bien gagné et que sa victoire fut volée.

« Le choix de cette date (11 octobre, ndlr) pour cet événement n’est pas un hasard, mais en souvenir à notre victoire volée à la présidentielle de 1992 », a martelé le président du groupe parlementaire Sdf au Sénat. Loin de se laisser abattre par ce triste souvenir, il promet d’œuvrer en tant que président régional Sdf pour l’Ouest, pour ce reconquérir cette région qui, jadis fut le bastion du parti de la balance. Mieux, de travailler pour permettre à son parti de se retrouver à Etoudi par plus tard qu’en 2018.

© tonfack.over-blog.com : Vivien Tonfack
12oct.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo