Cameroun: Souveraineté, État tribal et Désir de catastrophe :: CAMEROON

Cameroun: Souveraineté, État tribal et Désir de catastrophe :: CAMEROON

Cameroun: Souveraineté, État tribal et Désir de catastrophe :: CAMEROON
Cameroun: Souveraineté, État tribal et Désir de catastrophe :: CAMEROON
La dernière interview de Patrice Nganang dans cameroon-info.net 1/5/2018 où il dépeint la présidence de Biya comme dominé par un énorme effort pour protéger les intérêts étroits d'un groupe démographique spécifiquement: le "G Bulu". Mais aussi comment les marges se construisent toujours au centre du pouvoir dans les sociétés totalitaires comme le Cameroun.

Après, l’intervention de Joël Didier Engo, président du CL2P, en réaction à la conversion récente de Dieudonné Enoh Meyomesse à la politique réactionnaire en vigueur au Cameroun, posent le problème de la souveraineté de ce pays. Comment cette forme de «démo-gouvernementalité» intégrale produit des séries d’événements malheureux, dont l'accumulation ces dernières années, amplifient l'état d'exception du régime qui est devenu la norme avec une banalisation des situations de dégradation humaine. Cette dégradation humaine pose des défis singuliers aux théories politiques et juridiques de la souveraineté, de la légitimité, de l'autonomie individuelle et l’auto-détermination, puis de la démocratie.

En effet, au lieu d'accepter prima facie la banalité de l'exception et les moyens arbitraires que le régime a déployés pour dépouiller les Camerounais ordinaires de leurs droits inaliénables, l’attention doit porter sur la façon dont le régime de Biya utilise son pouvoir souverain comme une technologie à grande échelle pour diviser les Camerounais ordinaires entre tribus, ce que Michel Foucault décrit comme l'émergence du biopouvoir exercé comme droit de vie et de mort du souverain sur ses sujets. Et comment ce pouvoir conduit toujours directement à un désir de catastrophe avec la tentation hérétique du tyran de se prendre pour Dieu le père, ce qu'il n'est pas. Surtout dans cette forme de fatalité humaine où le pouvoir absolu a toujours corrompu absolument ses sujets.

Cela montre que le concept de souveraineté est encore très imprécis au Cameroun.

Car dans un pays normal, la souveraineté est divisée entre le parlement, le pouvoir judiciaire et la souveraineté populaire à travers le vote. Ainsi les positions de Nganang et Engo visent à démontrer que la souveraineté n'est pas le produit de la domination divine, comme le veut le régime de Biya. En pratique cela signifie que Biya ne peut pas convaincre les Camerounais ordinaires que la terre est plate. Aussi, les gens qui croient que Biya peut rendre la terre plate sont fous parce qu'ils ne comprennent pas le rôle que la fiction et l'idéologie jouent dans la citoyenneté.

Il faut dire et redire qu'une dictature prospère lorsque les gens ne comprennent pas leurs droits ou sont forcés de les abandonner, ce qu'ils ne devraient pas faire s'ils comprennent vraiment ce qu'est l'autonomie et l'autodétermination.

De plus, comment «la souveraineté est une notion spirituelle qui signifie: le lien ancestral avec la terre et comment nous y restons attachés, et nous y retournerons un jour pour être unis à nos ancêtres. Ce lien est la base fondé sur la propriété du sol, ou mieux, de la souveraineté. Il n'a jamais été cédé ou éteint, et coexiste avec la souveraineté de la république ce qui signifie que nous sommes tous camerounais, que Biya soit ou non président, donc nous avons le devoir d'aimer notre pays. À son tour, la souveraineté est auto-explicative: vous faites vos propres lois et vivez les vies que vous avez choisi en toute liberté

Il est entendu que les Camerounais ordinaires ont été désavantagés à plusieurs reprises, notamment par la dictature actuelle. Maintenant, la tribu est l'une des dimensions les plus insidieuses de la vie camerounaise. Être camerounais vous donne à la fois la citoyenneté et la sujétion. Cependant, plutôt que de se concentrer sur un concept particulier comme la souveraineté, l'État ou la gouvernementalité, nous devons penser d'une manière toujours ouverte à ce qui est en train d'émerger et à ce qui est en cours de transformation. En particulier, les transformations dans les configurations contemporaines de souveraineté, citoyenneté, et droits où le corps est devenu un lieu crucial pour revendiquer des droits, donnant naissance à ce que le penseur français Didier Fassin appelle la «biolégitimité» où l'existence et la vie se mélangent à la biologie avec le mantra «Je suis quelqu'un» et «Je sais que je suis vivant» qui sont l'expression du soi souverain.

En ce sens, nous pouvons généralement considérer, en ce qui concerne la dynamique individuelle de l'État, que le corps est la dernière frontière matérielle entre le public et le privé. En effet, son histoire est celle forcément non linéaire de l'incidence des pouvoirs régulateurs en elle. C'est donc le dernier champ de bataille entre l'autonomie privée et, actuellement, la régulation étatique.

Comment «la biolégitimité» introduit le concept important de l'économie morale.

Dans «Compassion et répression: l'économie morale des politiques d'immigration», Didier Fassin étudie les transformations de l'asile politique au cours desquelles les «revendications humanitaires» - éclairées par les besoins de santé - sont privilégiées par rapport aux revendications politiques. Ainsi, une pratique pour mettre en avant la dimension morale de la vie humaine et de l'action sociale. Et des ressources altruistes qui éclipsent les économies politiques pour une expression ouverte d'empathie et de souci de réguler la vie sociale. Par conséquent, face aux désordres du monde, les préoccupations morales ont fourni une base solide pour le développement de politiques internationales et locales; mais aussi "une force puissante de notre monde" qui est globale et pourtant inégale. Cette nouvelle économie morale humanitaire, dans laquelle l'attention est «concentrée sur la souffrance et le malheur», suscite la réponse du «gouvernement humanitaire» qui donne à la souffrance une voix et la compassion une pratique. Ainsi, comment la force productive de la vie elle-même est exploitée pour devenir un puissant indicateur de significations et de valeurs.

Cependant les Camerounais ordinaires doivent comprendre que le régime est limité par des traités et des accords qu'il a volontairement signés. Cela explique pourquoi Nganang a été libéré parce que la liberté de parole reflète le développement impressionnant du droit international et des droits humains universels qui ont placé des contraintes politiques importantes sur la souveraineté de l'Etat.

En tant que tel, l'ethno-fascisme ne peut être une motivation appropriée ou une politique démocratique.

En effet, compte tenu de nos origines diverses dans ce pays qu'est le Cameroun, suggérer qu'il y a une sorte d'identité camerounaise authentique, en excluant les deux régions anglophones, est simplement une forme choquante de mystification. Car la race et la fausse conscience sont à la racine de tout le populisme actuel, de manière profonde, constante, et assez complexe. Et si vous ne pouvez pas déconstruire cela, vous devenez un idiot utile et facilement un partenaire mineur de la coalition qui sombre actuellement dans une dérive génocidaire au Cameroun.

Celui qui n'est pas prêt à discuter de la dictature de Biya devrait également garder le silence sur l'ethno-fascisme

© Correspondance : Olivier Tchouaffe, PhD, Porte-parole Du CL2P

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

so-why
les mêmes
Tchouaffe
Nganang
et autres ngaptseu

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Coupe du monde militaire Texas 2018: Les lionnes y seront
Coupe du monde militaire Texas 2018: Les lionnes y seront
Facebook
réclame
partenaire
Cameroun: Souveraineté, État tribal et Désir de catastrophe :: CAMEROON
Guy Alexandre Legrand MAMBO en toute intimité chez SOPIEPROD
évènement
Cameroun: Souveraineté, État tribal et Désir de catastrophe :: CAMEROON
actuellement sur le site