Camer.be
Cameroun,Elections 2018: L'organisation préoccupe :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Quotidien Mutations : Jean-Christophe Ongagna
  • jeudi 07 décembre 2017 17:22:38
  • 4656

Cameroun,Elections 2018: L'organisation préoccupe :: CAMEROON

Une réflexion s’est tenue à Yaoundé sur le « verrouillage » du système électoral.

Au moins un scrutin sur les cinq (sénatorial, législatif, municipal présidentiel, et éventuellement régional) se tiendra l’année prochaine. A quelques mois de ces rendez-vous qui vont animer la vie politique, l’organisation de ces différents scrutins préoccupe. C’est ce qui justifie la tenue à Yaoundé, d’une « session de dialogue participatif sur les élections au Cameroun ».

Les travaux visent principalement l’aboutissement à un dialogue constructif des différentes parties prenantes sur les élections mais aussi, l’émergence d’une volonté commune de faire des échéances politiques de 2018, un succès pour la consolidation démocratique au Cameroun.

« Nous sommes pratiquement déjà en 2018. Nous attendons de ces assises, une grande participation des Camerounais aux élections », a relevé le président de Elections Cameroon (Elecam), Enow Abrams Egbe. Présents à ces échanges, les acteurs politiques notent que le système électoral actuel contient encore des insuffisances sur lesquels il est nécessaire de discuter pour une bonne organisation des prochains scrutins. « Il reste encore beaucoup à faire concernant le système électoral. […] J’espère que ces travaux vont nous permettre d’avancer dans le bon sens », a souhaité Anicet Ekanè du Mouvement africain pour la nouvelle indépendance et la démocratie (Manidem).

Ce jour, la restitution d’un document de référence va sanctionner les échanges. Il s’agit d’une étude qui revient dans le détail, sur toutes les phases du processus électoral. « L’intérêt de ces travaux, c’est de pouvoir rassembler autour d’Elecam, les parties prenantes majeures du processus électoral afin qu’elles puissent s’accorder […] sur les points forts à conforter et puis éventuellement, les points faibles à améliorer sur la base de ce document ceci, dans le cadre de la gestion de l’organisation des processus électoraux au Cameroun », a expliqué le président du Centre africain d’études internationales, diplomatiques, économiques et stratégiques (Ceides), Christian Pout.

A noter que les travaux qui regroupent différents chercheurs, formations et hommes politiques, membres du corps diplomatique et acteurs de développement, s’inscrivent dans la continuité de la consultation nationale sur la participation des groupes marginalisés aux processus électoraux; consultation tenue la semaine dernière à Yaoundé.

07déc.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo