CAMEROUN :: Un décès suspect à rebondissement à YOKO :: CAMEROON

CAMEROUN :: Un décès suspect à rebondissement à YOKO :: CAMEROON

CAMEROUN :: Un décès suspect à rebondissement à YOKO :: CAMEROON
CAMEROUN :: Un décès suspect à rebondissement à YOKO :: CAMEROON
Au coeur de l’affaire, le commandant du poste de gendarmerie d’Issandja et le président du Comité de vigilance de Kamkata.

Une plainte, à ce sujet, serait actuellement sur les tablettes du procureur général près la Cour d’appel du Centre à Yaoundé. Dans sa lamentation, le requérant, un certain Victor Messina, sollicite l’intervention de la justice dans ce litige qui, écrit-il, l’oppose au commandant du poste de gendarmerie d’Issandja et au président du Comité de vigilance de  Kamkata, dans l’arrondissement de Yoko. En fait, tout serait parti d’une bagarre dans la nuit du 12 octobre 2017.

«Le 14 octobre 2017, le président du Comité de vigilance de Kamkata et plusieurs membres dudit Comité sont venus arrêter mon fils Mbiondja Mpiga Boudoin pour le conduire auprès du commandant du poste de gendarmerie d’Issandja pour besoins d’enquêtes», indique le plaignant, tout en relevant que dans la journée du 15 octobre, l’un de ses enfants y était descendu pour savoir pour quels motifs le nommé Mbiondja Mpiga Boudoin était retenu.

«Y étant, le commandant dudit poste de gendarmerie lui posera quelques questions et ira ouvrir la cellule pour en sortir le corps de mon fils qui était pourtant vivant et bien portant la veille», raconte le sieur Victor Messina dans sa plainte. Déclarant que par la suite, «le chef de ladite unité de gendarmerie déclarera que mon fils serait mort par pendaison dans la cellule, alors qu’aucun constat de pendaison n’a été fait par le procureur de la République près les tribunaux du Mbam et Kim à Ntui, et aucune photo ne prouve que le défunt se serait réellement pendu».

De l’avis du plaignant, il se pourrait que ce soit les responsables du Comité de vigilance qui auraient battu presqu’à mort son fils avant de le déposer à la brigade d’Issandja «où il est mort en cellule», ou alors «c’est à cause de la torture qu’il aurait subi dans la cellule» que son fils est décédé.

Raison pour laquelle Victor Messina sollicite l’intervention du procureur général près la Cour d’appel du Centre pour que «toute la lumière soit faite sur la mort suspecte» de son fils. Affaire à suivre…

© Sans Détour : Gaby NKOT

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Hugo Broos : « Ces attaques sont minables »
Hugo Broos:  Ces attaques sont minables
Facebook
réclame
partenaire
CAMEROUN :: Un décès suspect à rebondissement à YOKO :: CAMEROON
Prince KESTAMG artiste complet se raconte chez SOPIEPROD
évènement
CAMEROUN :: Un décès suspect à rebondissement à YOKO :: CAMEROON
actuellement sur le site