Cameroun, Edito: La crise anglophone et notre exil intrieur :: CAMEROON

Cameroun, Edito: La crise anglophone et notre exil intrieur :: CAMEROON

Cameroun, Edito: La crise anglophone et notre exil int?rieur :: CAMEROON
Cameroun, Edito: La crise anglophone et notre exil int?rieur :: CAMEROON
Près de 5 mois après le déclenchement des revendications anglophones qui paralysent une partie du Cameroun, les observateurs sont toujours à la recherche d’une solution durable pour sortir de la crise. Rien ne semble pouvoir briser la détermination de nos concitoyens de cette partie du pays qui acceptent de payer le prix fort pour se faire entendre. En donnant un statut « endémique » à cette crise, ses acteurs majeurs, c’est-à-dire, le gouvernement et ceux qui ont été à l’initiativedes mots d’ordre de grève de départ, lancent un véritable défi à notre conscience citoyenne et patriotique. Comment réagir face au drame d’une importante frange de la population qui crie à sa marginalisation ?

Comment s’impliquer pour pousser à une solution durable qui ne soit pas simplement une paix de confortation de l’ordre inique dominant ? Une première démarche aura été de nier le problème et de diaboliser les victimes. Depuis 5 mois, les adeptes de cette politique de l’autruche ont eu mille fois le temps de s’étouffer dans le sable où ils s’étaient enfoncés pour ne pas voir le problème. On parlera aussi de la sarabande opportuniste de quelques politiciens en mal de positionnement qui ont pensé n’y voir qu’une occasion de fustiger le pouvoir sans développer des esquisses de solution à la réalité du problème. C’est dans cette verve qu’il faut aussi lire la pensée d’un acteur de la société civile à l’instar de M. Protais Ayangma qui s’était fendu d’un éditorial dans son journal « Mutations » pour appeler les manifestants à lever leur mot d’ordre de grève, maintenant qu’ils avaient « gagné » (sic). Cette victoire pour lui étant le fait qu’ils avaient été entendus. On connaît la suite. La crise n’a jamais cessé. Malgré notre hypocrisie devant ce véritable drame. Malgré les démi mesures. Malgré la répression et la corruption qui sont les deux faces d’une monnaie transactionnelle que le régime utilise le mieux face à ceux qui pensent différemment.

Sous nos yeux, ceux qui répondent du régime de Paul Biya sont en train d’hypothéquer la cohésion du Cameroun. Ils accentuent la fracture entre les Anglophones et les Francophones. Ils sèment les germes de rancoeurs et des frustrations qui seront autant d’obstacles au vivre ensemble de nos enfants dans un pays que nous laisserons en héritage dans une situation manifestement moins enviable que nous ne l’avons trouvée. Ils brisent notre futur.Et nous les regardons faire devant nos démissions et nos silences complices. Le cinéaste Jean Pierre Bekolo a si bien résumé la situation dans une interview dans le journal français Le Monde : « Les années Biya ont fait des Camerounais un peuple qui meurt en silence » (Le Monde du 9 mars 2017). On ne peut pas mieux le dire. Comment comprendre cette indifférence face aux inacceptables violations des Droits de l’homme dans la partie anglophone du pays ? Ce regard qu’on détourne face aux multiples arrestations des leaders syndicaux et politiques au rang desquels un membre de la Cour suprême du pays ? Ce silence face à une punition collective qui frappe 20% de la population privée d’Internet depuis deux mois, parce que des activistes se servaient des réseaux sociaux pour leur propagande ? A peine pensable !

Pour se donner bonne conscience devant ce deni de citoyenneté, on s’évade, on s’exile dans autant de diversions qui nous empêchent de voir la hideur de notre condition. A côté du sacre des Lions indomptables à la CAN du Gabon qui joue les prolongations par une tournée nationale de présentation de trophée dans les 10 régions du pays, on s’extasie devant la « Remontada » de Barcelone face au Paris Saint Germain. Reste qu’après deux ou trois cuites, les soucis qui savent nager remontent rapidement à la surface et s’imposent à nous. A Bafoussam, les cybercafés sont envahis par les étudiants partis de Bamenda pour profiter de Internet indispensable à leurs travaux.

Leur détresse ne fait pas rire.

Pour les citoyens que nous sommes, peut-être qu’il est temps de sortir de notre exil intérieur pour s’interroger (de façon un peu plus bruyante ?) avec certains oracles sur les raisons qui bloquent l’application des vraies solutions au problème que pose la crise anglophone. Alors même que certains des dirigeants de ce régime en appellent à une Décentralisation rapide comme solution au mal-être né de l’excessive concentration des pouvoirs à Yaoundé, pourquoi se refuse-t-on de l’appliquer ? Qui en est responsable ? Qui veut mettre le feu au Cameroun à travers la sédimentation de la crise anglophone ?

© Ouest Echos : Michel Eclador Pekoua

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

BlackOS
Cameroun, Edito: La crise anglophone et notre exil intrieur :: CAMEROON Germany
Michel Eclador Pekoua,

Tu es l'une des rares personnes avoir cette vision profonde d'un problme qui semble tre au dessus de l'arrogance francophone qui ne saisit pas que les ds sont jets.

L'union de faade est kaput. L'hypocrisie est visible dans les comportements et nous sommes conscients que le fdralisme est l'unique solution aujourd'hui.

Vous n'tes pas assez nombreux pour avoir le courage de dire la vrit comme tu le fais si bien. Bravo.
manpassman
Cameroun, Edito: La crise anglophone et notre exil intrieur :: CAMEROON France (Sarzeau)
The present Anglophone crisis has sowed the future seed of hate between the Anglophones and the rest of LRC. Nothing would ever be the same again and the quest for a definite Separation from LRC is much stronger today than it was 5 months ago.
Epervier
Cameroun, Edito: La crise anglophone et notre exil intrieur :: CAMEROON Canada (Montreal)
Mr clador PKOUA
Je suis avec vous

Vous aussi soyez avec moi.

Le problme du Cameroun, ce n'est pas seulement le "problme anglophone "

Je ne dis pas ceci pour minimiser la dtresse des habitants et originaires du Nord-Ouest et du Sud-ouest de notre pays.

Le problme du Cameroun, se sont les "neuf disparus de Bpanda"
Les victimes du "commandement oprationnel "
Les tudiants torturs et tus lorsqu'il y a eu "zros morts" l'universit de Yaound

Les jeunes violes brutalits ou roules dans des eaux uses l'universit de Bua

Les jeunes massacrs en fvrier 2008
Les anonymes morts en silence dans le secret de leur assassinat secret
La disparition de GUERANDI au Burkina Faso
Les massacres perptrs par les franais au Cameroun
Le pillage de nos ressources
La misre gnralise du Peuple
Epervier
Cameroun, Edito: La crise anglophone et notre exil intrieur :: CAMEROON Canada (Montreal)
Nous devons sortir de notre semi coma et nous librer de l'oppression
Nous devons organiser un programme de rconciliation nationale

Le rgime no colon ne le fait pas
Alors nous devons renverser le rgime no colon

C'est a la vraie solution

Il faut dj le comprendre

Si vous ne le comprenez pas, alors soyez prt crire plusieurs autres ditoriaux de lamentation pendant plusieurs annes

Les "anglophones " doivent aussi le comprendre

Je suis "francophone " je ne fais rien contre les "anglophones " parce que je n'ai pas le pouvoir

Le pouvoir est confisqu par des no colons

Nous devons nous mettre ensemble pour renverser le rgime no colon
Epervier
Cameroun, Edito: La crise anglophone et notre exil intrieur :: CAMEROON Canada (Montreal)
Aprs avoir renvers ce rgime, nous pourrons alors construire notre pays de la faon qui nous semble le plus appropri

Les no colons ne travaillent pas pour nous "anglophones" ou "francophones"

Comment faut-il vous l'expliquer ?

Epervier
Cameroun, Edito: La crise anglophone et notre exil intrieur :: CAMEROON Canada (Montreal)
@MANPASSMAN
Why would I hate you and why would you hate me?
None of us has any form of control over how our country is being run

What we need to do is simple

We have to take back our country and run it ourselves
We need to bring down the criminal neo colonial regime

That is the only solution we as a People really have

I don't know about you but I never voted for BIYA

Let's wake up little bit and come back to our senses
What des being "francophone "or "anglophone" have to do wirh BIYA destroying our country with th help of the likes of DJEUMA , ATANGA NJI, MAFANY to name Just a few?

Let's get together and free our country.
gabson
Cameroun, Edito: La crise anglophone et notre exil intrieur :: CAMEROON Germany (Karlsruhe)
@manpassman, it's so shamefull to read a Young man like you calling himself "anglophone"!

What does ist mean for you? Let me help you! "Anglophone" means: a bullshit of English People!

Are you a bullshit?

I can tell you that, i'm not a "francophone"!!! I'M EWONDO!!!
gabson
Cameroun, Edito: La crise anglophone et notre exil intrieur :: CAMEROON Germany (Karlsruhe)
@pekoua, si les annes BIYA ont fait des CAMEROUNAIS, un peuple qui meurt en silence, les annes Macky Sall ont certainement fait des Sngalais un peuple qui meurent en dansant; tout comme les annes hollande ont fait des francais un peuple qui meurt en ronflant!

Pour faire simple, je ne vois pas la diffrence entre les Snglais, les francais face aux CAMEROUNAIS!!!


De plus, IL N'Y A AUCUNE MARGINALISATION des "anglophones" au CAMEROUN!!!
Jusqu' ce jour, aucun animal ne l'a prouve!!!

Le CAMEROUN fait face une tentative de dstabilisation par des charognards qui ont trouv quelques idiots de Service! Mais ils choueront!!!

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Urgent, Masters de Londres: Goffin créée l'expoit, mais manque le titre
Urgent, Masters de Londres: Goffin cre l'expoit, mais manque le titre
Facebook
réclame
partenaire
Cameroun, Edito: La crise anglophone et notre exil intrieur :: CAMEROON
Prince KESTAMG artiste complet se raconte chez SOPIEPROD
évènement
Cameroun, Edito: La crise anglophone et notre exil intrieur :: CAMEROON
actuellement sur le site