Camer.be
Cameroun: Dur, dur, la reprise au lendemain de 8 mars :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE Cameroun: Dur, dur, la reprise au lendemain de 8 mars :: CAMEROON
  • Camer.be Sopieprod : Carine TSIELE
  • vendredi 10 mars 2017 16:17:44
  • 3026

Cameroun: Dur, dur, la reprise au lendemain de 8 mars :: CAMEROON

Dans les  lieux de service hier, les dames ont eu de la peine à renouer avec leurs occupations professionnelles habituelles après les festivités de mercredi.

Hier matin, vers 10 h, beaucoup de bureaux des départements ministériels tenus par les femmes étaient encore fermés. Au premier étage du ministère des Transports par exemple, un seul bureau est ouvert. A l’intérieur, un homme est au téléphone, tandis que deux dames avec des tas de documents alignés sur la table travaillent. « Ce matin j’ai eu de la peine à quitter mon lit. Mais j’étais obligée de le faire car j’ai un dossier important à remettre. À cause de la Journée internationale de la femme, nous avons été débordées. Après le défilé, notre ministre a organisé une  gigantesque fête en notre honneur. Et bien évidement, l’alcool a coulé à flots. Et la gastronomie aussi était variée. Du coup, certains en ont un peu abusé. Moi particulièrement, j’ai quitté le ministère vers 19 h 30 pour retrouver mes acolytes de la réunion. Nous avons fêté jusqu’au petit matin, c’est pourquoi je suis fatiguée », se justifie Elise N., cadre dans le ministère sus évoqué. 

Ici et là, plusieurs employées sont arrivées au bureau, davantage pour faire acte de présence que pour travailler. Joséphine B. du ministère de l’Education de base, explique entre des gorgées de boisson rafraîchissante : « Je suis venue juste faire un tour pour remplir la fiche de présence, dès qu’il y aura une faille je vais rentrer me coucher. J’ai fêté jusqu’à 3h du matin, et il fallait se lever tôt pour préparer les enfants. Je suis vraiment sonnée par la fatigue, tout mon corps fonctionne au ralenti », avoue-t-elle. Les différentes administrations se montrent compréhensives et indulgentes face à la situation.

Au ministère des Enseignements secondaires, sur la vingtaine de bureaux que compte le couloir de l’inspection de pédagogie chargée des sciences et technologies du tertiaire, à peine cinq portes sont ouvertes vers 10 h 30. Dans l’un des bureaux, c’est un responsable ayant requis l’anonymat explique que c’est généralement cette ambiance qui règne au lendemain de la Journée internationale de la femme. Il sait d’ailleurs que ses collaboratrices seront absentes. « La première m’a dit qu’elle n’est pas en forme à cause d’une indigestion et par conséquent, elle ne peut être là que dans l’après-midi », indique le responsable. Dans les marchés, les boulangeries, les stations à essence, entre autres, c’est cet air de fatigue qui plane. Les dames retrouveront certainement leur forme ce jour après un bon repos.

10mars
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo