Cameroun, VERBATIM: ONE CAMEROON, ONE NATION, ONE FATHERLAND!
Cameroun, VERBATIM: ONE CAMEROON, ONE NATION, ONE FATHERLAND!

Cameroun, VERBATIM: ONE CAMEROON, ONE NATION, ONE FATHERLAND!

Cameroun, VERBATIM: ONE CAMEROON, ONE NATION, ONE FATHERLAND!
Cameroun, VERBATIM: ONE CAMEROON, ONE NATION, ONE FATHERLAND!
Les ressortissants des Provinces du NW, & SW, autrement appelles “Anglophones” s’estiment marginalises au sein de la Republique Unie. Qu’un tel sentiment vienne a s’exprimer, n’est jamais fait anodin, que l’on peut se permettre de traiter par dessus la jambe! Cependant, la force, la brutalite et les armes, ne seront jamais la reponse idoine. Ramenees a leur plus simple expression, les revendications qui a l’origine ont cristalise le mecontentement, restent d’ordre materiel, et n’ont certes rien de different de celles que pourrait exprimer le reste des Camerounais, sur l’etendue du territoire national. Neanmoins, la resilience jusque la observee par les autres Camerounais, pour des raisons qui leurs sont propres, n’ote en rien la legitimite des certains a revendiquer, fussent-ils numeriquement minoritaires. Ainsi va-t-il dans toute Republique, signataire de la Declaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen, qui consacre tant le Droit de greve pour tout salarie, que celui de manifester sur la voie publique, dans le respect des lois et reglements en vigueur. Doit-on le rappeler, la politique se definit comme l’art de gerer les affaires de la cite, alors que le cadre Republicain a pour fondement l’organisation du vivre ensemble, et d’en poser les regles. Il decoule de l’un et de l’autre, l’interet de prendre en compte tout mecontentement exprime, et d’essayer d’y apporter une reponse adequate. Mais quand, politique et Republique semblent se mettre ensemble pour taire des revendications, plutot que d’y repondre, il y a lieu de craindre que la societe concernee soit entrain de tourner le dos au necessaire progres social, qui doit accompagner le vivre ensemble, en ce qu’il fonde ce vivre ensemble non pas sur la contrainte, mais sur le seul plaisir de le poursuivre, et d’y demeurer. A l’observation, et pour dire vrai, la societe Camerounaise se presente aujourd’hui, non pas comme un

modele d’integration, mais advantage comme une constellation de marginalisations mitoyennes. C’est juste que certaines de celles-ci s’expriment plus, et sont peut-etre plus agissantes que d’autres. Mais ce qui, me semble-t-il,a ete le plus marginalise dans notre pays depuis 35 ans, c’est le bon sens, c’est le pragmatisme, c’est l’intelligence, c’est la vision; mais c’est aussi la verite. Et ce qui arrive aujourd’hui a notre pays n’en est qu’une manifestation epiphenomenale, dans un contexte ou mensonge et imposture sont devenus si preponderants. C’est precisement la capacite des uns et des autres a tolerer tant le mensonge que l’imposture ambiante, qui pourrait expliquer les differences de reaction et d’apprehension, entre la culture d’influence latine qui rend les Francophones si ondoyants, et l’inspiration anglo saxonne faite de rectitudes, ou il est plus difficile de faire passer pour vrai ce qui est faux, de faire dire vert a quelqu’un ce qu’il voit rouge ou jaune! C’est a cette culture du faux ou de l’a-peu-pres, avec pour corollaire la mediocrite que nos frères Anglophones reagissent aussi, et semblent rejetter. En matiere d’exigence, nous gagnerions sans nul doute a les prendre pour modele, car en acceptant le nivellement par le bas comme norme, nous contribuons chacun a la degradation de ce vivre ensemble que nous pretendons defendre, dans une Republique ou droits et devoirs seraient partages, de maniere juste et equitable. En effet, l’intelligence dans la gestion de notre riche diversite aurait voulu qu’a partir d’un choix selectif de valeurs de part et d’autre, nous reussissions a creer quelque chose d’original, qui ne soit plus ni Francophone, ni Anglophone; mais simplement Camerounais, et ou tout le monde puisse se reconnaitre. 

C’est l’absence d’une telle vision, qu’on retrouve inevitablement, quand on va plus loin que la pensee de David Abouem a Tchoyi, dans l’extrait ci-contre de son interview et qui explique en grande partie le malaise que vivent nos frères des NW, et SW, face a la maniere dont la cite est geree: “Il ne s’agissait pas, bien évidemment, d’une volonté malicieuse du Pouvoir central, mais plutôt d’une opposition entre deux cultures administratives : l’une, aux réflexes instinctivement centralisateurs, et l’autre, fonctionnant par nature sur le principe de la responsabilisation à différents échelons hiérarchiques des organisations…” En deux mots, ils avaient un systeme de gouvernance qui marchait: pourquoi l’avoir supprime, pour le remplacer par un autre qui ne marche pas, et dont les usagers sont insatisfaits, au point de le vivre comme une oppression permanente? Pour quoi ne nous sommes-nous pas inspires des le depart de ce systeme produisant d’aussi bons resultats afin de l’eriger en standard national? C’est la, que nait un sentiment legitime d’alienation/assimilation, au moyen d’un bien triste nivellement vers le bas, dont personne ne peut objectivement se satisfaire. En revanche, l’adhesion est toujours acquise, chaque fois que l’amelioration n’a pas besoin d’etre demontree. Je ne demande qu’a etre convaincu du contraire! D’autres raisons que je ne nommerais pas, ont juste pris le dessus sur le bon sens, le pragmatisme et l’intelligence, et c’est ce que nous payons aujourd’hui, au point de sentir la Republique elle-meme menacee sur ses fondations. “OUI…”, dit David Abouem a Tchoyi, “il existe un probleme Anglophone au Cameroun…”. Il n’est du reste pas le seul a l’affirmer, et il sait de quoi il parle! Rien ne sert donc, de commencer par nier l’existence qu’un tel probleme, pour ensuite faire samblant de vouloir le resoudre, alors qu’il n’est pas sense exister, après qu’on en ait nie prealablement l’existence. Et de poursuivre: "…Ce n'est pas, non plus, un problème de vivre ensemble. N'est-ce pas cette région qui accueillit à bras ouverts des milliers de Camerounais fuyant l'indigénat et les travaux forcés? C'est elle aussi qui donna refuge à de nombreux upécistes traqués par les forces coloniales. Des milliers d'hommes et de femmes venus de pays africains y vivent et y prospèrent, en toute harmonie…". 

En effet, nos frères Anglophones ont toujours ete constants dans leur tradition d’accueil. Ils n’ont jamais fait dans la haine tribale. Ceci vient en reponse aux reactionnaires de tous sexes et de tous bords, qui continuent de penser que meme dans un 21eme siècle globalise, tout doit se regler par la force. En effet, nombreux sont celles et ceux qui s’animent, et agissent dans l’ombre, pour travestir cette revendication en un probleme opposant Anglophones aux Francophones, trouvant la une nouvelle opportunite pour semer la division parmi des Camerounais déjà si divises, et installer la haine entre deux communautes, qui n’ont aucune raison de se hair mutuellement, tant qu’elles ne sont pas manipulees par des interets et/ou officines occultes. Le but serait de rallier les Francophones a l’idee d’une expedition punitive, pour ecraser dans le sang l’irredemptisme Anglophone, déjà taxe helas indistinctement de cessessionniste, des que l’on affiche quelque reserve eu egard aux options et errements des Autorites dans la gestion de cette crise! L’erreur dans ce cas, ne serait pas sans consequences profondes et durables, car si les Camerounais se sont ranges derriere nos Dirigeants ainsi que notre Armee pour repousser la horde extremistes Bocko Haram, il y a peu de chance que dans leur majorite, ils se reconnaissent dans cette nouvelle guerre, qui serait cette fois-ci menee contre leurs propres frères. Autant le savoir, et se le dire!!!

© Correspondance : Hippolyte Nwal, Juriste D’Affaires, Universite Paris V Descartes Sorbonne, Business Consutant Philadelphia, USA

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
CAN 2017 Cameroun 2-1 Guinée Bissau :Hugo Henri Broos gagne son pari tactique
CAN 2017 Cameroun 2-1 Guinée Bissau :Hugo Henri Broos gagne son pari tactique
Facebook
radios
RTS 90.5 FM Cameroun, VERBATIM: ONE CAMEROON, ONE NATION, ONE FATHERLAND! Sky One Radio 100.1 FM Cameroun, VERBATIM: ONE CAMEROON, ONE NATION, ONE FATHERLAND! Amplitude FM Cameroun, VERBATIM: ONE CAMEROON, ONE NATION, ONE FATHERLAND! Kalak FM Cameroun, VERBATIM: ONE CAMEROON, ONE NATION, ONE FATHERLAND! Nkongsamba FM Cameroun, VERBATIM: ONE CAMEROON, ONE NATION, ONE FATHERLAND! Cameroonvoice Cameroun, VERBATIM: ONE CAMEROON, ONE NATION, ONE FATHERLAND! Fréquence de vie Cameroun, VERBATIM: ONE CAMEROON, ONE NATION, ONE FATHERLAND!
réclame
partenaire
Cameroun, VERBATIM: ONE CAMEROON, ONE NATION, ONE FATHERLAND!
    
Sylvie DANG L’AMÉRICAINE INVITÉE SOPIEPROD
évènement
Cameroun, VERBATIM: ONE CAMEROON, ONE NATION, ONE FATHERLAND!
actuellement sur le site
SANS DéTOUR
Cameroun, VERBATIM: ONE CAMEROON, ONE NATION, ONE FATHERLAND!